Quelque chose brûle

Court métrage Paris
2 007 € levés sur 1 800 €
112 %
52 coprods
Campagne bouclée
le 21 janvier 2017
Partager ce projet :

Le pitch

Margot veut mourir. Elle s’invite chez son frère Adrien, pompier à Briançon, pour lui dire. Les mots viennent mal, se répandent dans les regards, les situations. Le fantôme d’un frère disparu hante les espaces et les corps. C’est un film d’amour entre une soeur et ses frères. L’un vivant, l’autre mort.

Le porteur de projet

Mathilde Paris voir mon profil

Présentation du projet

Un gyrophare et une sirène, dans la nuit, c’est l’idée d’un drame qui se joue quelque part. C’est l’idée que, quelque part, peut être -

Quelque chose brûle.



À PROPOS

Scénario & réalisation : Mathilde Chavanne
Production : Le GREC - Groupe de Recherches et d'Essais Cinématographiques
Durée : 25-30 minutes
Genre: Fiction
Support : HD
Calendrier - Préparation : mi-septembre / mi-janvier 2016 (Briançon, Hautes Alpes)
Tournage : Troisième semaine de janvier (Briançon, Hautes Alpes / Paris)
Post production : Février 2016 – Avril 2016 (Paris)

La page Facebook du film



Avec Victoire Du Bois, Jérémie Laheurte, Gael Kamilindi, Yoann Zimmer et Karim Ait M'hand



L'IDEE

D’abord il y a la ville de Briançon, cernée par les montagnes, que je connais depuis toujours car mes grands parents y habitent. Nous y passions nos vacances d’hiver. La montagne puissante, impérieuse, constante. Ici qui clôt l’espace sur lui même, l'étouffe. L’histoire du film est indissociable de ce paysage. La montagne de «Quelque chose brûle» est une montagne meurtrière. Elle a enlevé Jeannot, le frère de Margot et Adrien. Il s’agit de la révéler dans sa dimension menaçante, enfermante, mais vêtue de son habit d’hiver ; splendide, majestueuse. Glaçante.

C’est dans ce décor qu’évoluent Adrien et Margot, pourtant qui ne cesse de leur rappeler Jeannot. « Quelque chose brûle » parle de relations fraternelles. La singularité des liens qui se créent entre les frères et soeurs, parce qu’ils grandissent ensemble ; leur complexité me fascine. Je voulais dire une relation fraternelle tumultueuse, contrastée, mais qui soit avant tout une histoire d’amour. Jeannot, Margot et Adrien s’aiment avec force, mais Jeannot est mort.
La violence est double dans sa disparition ; c’est la perte à la fois d’un frère aimé, et puis d’un adolescent. La violence de sa mort rôde entre ceux qui reste, les laisse fragilisés réinventer leur relation entre eux, leur rapport au monde. Leur rapport à la vie.

Margot et Adrien, comme deux équilibristes sur un fil, cherchent leurs appuis au dessus du vide, tentent malgré le vertige d’atteindre la terre ferme.

Partant du deuil, de la mort, le film au fur et à mesure qu’il avance cherche à se défaire de son emprise. De nouveaux personnages l’amènent vers de nouvelles lumières. La mort elle même se manifeste de manière furieusement vivante.

Les personnages se révèlent plus ambigus qu’ils n’apparaissaient d’abord. L’espace de l’appartement se meut avec l’arrivée du personnage de Alexis. Un mouvement semble possible.






LA MISE EN SCENE

La mise en scène de « Quelque chose brûle » fait des allers-retours entre des situations hyper-réalistes (la caserne de pompiers, l’ambulance, la gare) et d’autres imaginaires (la présence de Jeannot). Donnant parfois un caractère surréaliste aux premières, et une impression de réel troublante aux secondes.

En grande partie filmé caméra à l’épaule, c’est un film qui se dessine proche de la peau, qui suit les personnages, mais aussi se laisse surprendre par eux.

Il s’agit avec ce film de générer ce sentiment d’inquiétante étrangeté qui nous parcourt quand, venant trancher la nuit, sirène hurlante, une ambulance file à toute vitesse vers l’inconnu.
Cette tension, comme une apnée.






L'équipe du projet

le casting

l'équipe

  • Mathilde Chavanne Réalisatrice Elisa Kepeklian 1ère assistante réalisatrice Victor Zébo Chef-opérateur Site web Valentine Gelin Ingénieur du son Baptiste Nicolaï Régisseur général Elma Timoteo Scripte Clara Noël Chef décoratrice Chloé Bouhon Chef electro

À quoi va servir l'argent ?

OK
A partir de 1 800 €
+

Une belle somme, qui nous permettrait de tourner dans des conditions décentes. Logement, nourriture, transport... Tout ça coûte de l'argent, surtout lorqu'on part en montagne !

A partir de 2 500 €
+

Incroyable ! Rails de travelling, projecteurs, objectifs pour la caméra... Nous avons besoin de beaucoup de matériel technique pour être à la hauteur des ambitions scéniques de notre réalisatrice ; cet argent nous permettrait de le financer.

A partir de 5 000 €
+

C'est inespéré, nous pourrions rémunérer tous nos techniciens qui vont travailler dur et donner de leur temps pour permettre à ce beau projet de voir le jour.

Actualités

Soyez le premier à laisser un message à propos du projet, afin d'échanger avec Mathilde et les autres coprods !

Coprods (52)

Voir tous

Voir tous