L'odyssée de l'empathie 1

Documentaire Paris
16 215 € levés sur 7 000 €
232 %
294 coprods
Campagne bouclée
le 17 août 2014
Partager ce projet :

Le pitch

Serait-il possible qu'en abolissant la souffrance des enfants, on parvienne à transformer les humains en défenseurs de l'humanité ? Pour répondre à cette question, nous avons enquêté à travers le monde ; depuis les chasseurs-cueilleurs du Kalahari, en Namibie, jusque chez le cultivateur écologiste des Cévennes Pierre Rabhi.

Le porteur de projet

Michel Meignant Paris voir mon profil

Présentation du projet



Aidez-nous maintenant à financer notre projet pour atteindre les étapes suivantes.




Peut-on mettre en doute les conséquences désastreuses du
réchauffement climatique?


Prévenir l’augmentation de l’effet de serre, demande de l’empathie.
De l’empathie envers les générations à venir, les animaux et la nature.


Une enfance heureuse sans violence est l’origine naturelle du
développement de l’empathie.


Jusqu’à l’invention de l’agriculture, les chasseurs-cueilleurs élevaient
leurs enfants sans violence, ni fessée, ni cri, ni humiliation.
Aujourd’hui les peuples primitifs (Bushmen, Inuits…) font toujours de même.
Ce n’est malheureusement pas le cas de la plupart des habitants de
notre planète, notamment des français.


En France deux enfants meurent chaque jour sous les coups de leurs parents.
Cela fait plus de 700 enfants chaque année.

Pensez-vous que le monde de violence dans lequel nous vivons peut changer?

C'est parce que nous le croyons que nous faisons ce film.

La France, patrie des droits de l’homme,est l’un des 24 pays européens sur 47
qui n’ont pas encore promulgué une loi explicite contre les châtiments corporels et
psychiques dans les familles.


Si faire un film est utile, son efficacité dépend de la façon dont il est visionné.
Pour faire plus que des projections dans des salles, à la télévision, ou des DVD,
il faut faire des projections accompagnées par des discussions et
une aide à la parentalité positive !

Ce sera le rôle des "Ambassadeurs", épaulés par l'équipe, les intervenants du film et les membres de l'association "Les parents d'amour".

La réalisation et la distribution de ce film sont une opération de sensibilisation au développement de l'empathie et à la formation à la parentalité positive.

En élevant nos enfants dans la bienveillance, ils deviendront des citoyens respectueux de l’être humain et de la nature, désireux de contribuer à sauver notre planète.



Nous avons vraiment besoin de vous.





L'équipe du projet


Michel Meignant et Mário Viana sont amis depuis 20 ans.

C’est d’abord leur intérêt pour la psychothérapie qui les a réunis.
Puis ils se sont associés pour réaliser des films sur la pratique psychothérapeutique.
D’abord scientifiques, ces films ont souvent pris une dimension politique militante.
Les grands parents paternels de Michel sont morts à Auschwitz,
Mário a participé activement à la révolution portugaise.

Ces blessures ont laissé des traces et en ont fait des militants convaincus.
Après avoir réalisé une vingtaine de film, ils en sont venus à s’intéresser à la lutte
contre la violence éducative en réalisant «Amour et châtiments»

La diffusion de ce film les a mis au cœur du combat contre la violence éducative faite aux enfants de par le monde et notamment en France.

Michel Meignant est né à Paris en 1936. Il est médecin, cinéaste ethnologue.
Elève de Jean Rouch au Comité ethnographique du Musée de l’Homme.
Lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation.

Il est à l’origine de l’installation du dépistage chez tous les bébés de la phénylcétonurie, une arriération mentale évitable. Il a réalisé une trentaine de court-métrages et films médicaux. Son film sur les peintures rupestres du Tassili avec Jean-Dominique Lajoux, leur a valu le Lion de bronze à la Mostra de Venise.

Mário Viana est né à Lisbonne en 1957, Il est chef-monteur.
Il travaille régulièrement pour France Télévision, notamment pour «Les Maternelles» depuis leur création il y a 13 ans, «C dans l’Air» ou encore «Le Jour du Seigneur».

Il a réalisé plusieurs documentaires comme «Le Morbihan autour du monde», ou encore
la série «Regards de philosophes» avec Michel Serre, Georges Steiner, Alain Finkielkraut, René Girard (13 documentaires de 52 minutes)...

Il a monté plusieurs documentaires comme «Mémoire des Terres» film de Michel Viote,
«100 ans d'olympisme» de Alain Vernon pour le musée olympique de Lausanne,
ou plus récemment «Dans le reflet de vos visages» de Jean-Bernard Ganne.


Quelques réalisations de Michel Meignant et Mário Viana :


- «Emergence» (2004) sur le combat politique mené pour l’autonomie et la reconnaissance de la psychothérapie.

- «La légende de l’EMDR» (2008) sur la découverte de cette méthode qui guérit activement les traumatismes. Michel Meignant y est « cobaye psy ». Le film montre une séance d’EMDR sur lui.

- «Amour et châtiments» (2011) sur la violence éducative. Mário, victime au Portugal de châtiments à l’école est à son tour « cobaye psy » et reçoit des séances d’EMDR pour traiter sa dyslexie.

Michel et Mário ont pour habitude, dans un but d’efficacité militante, de s’impliquer personnellement ainsi que leurs amis, dans leurs films.


l'équipe

  • Michel Meignant Auteur-réalisateur Mário Viana Auteur-réalisateur Jean-Christophe Barras ingénieur du son Régis Ohier images étalonnage Mário Viana chef monteur Cécile Meignant infographie Hélène Chartier détection Claire Chancé assistante artistique
  • Emile Leroy traducteur Michel Pelletier trésorier de "Les Parents d'Amour" Jean-Michel Gode recherche et promotion François Vergezac promotion François Biller documentation informatique Laure Mann assistante de réalisation Birthe Gluud documentation informatique Rui Gomes Assistance technique

À quoi va servir l'argent ?



Avec 7 000 €
Nous montons le film avec les éléments déjà en notre possession
et nous pouvons assurer le sous titrage, le mixage et l'étalonnage.


Les éléments déjà tournés :


- Interview de Joseph Weismann, un des deux seuls garçons survivants des
4000 enfants de la rafle du Vel d’Hiv, qui avait réussi à s’échapper en juillet 1942
du camp de Beaune-la-Rolande, où il avait été cruellement séparé de son père et
de sa mère, envoyés sous ses yeux à Auschwitz.
Il milite contre la violence en témoignant de ses conséquences.
Auteur de «Après la rafle». Éditions Michel Lafon.





- Tournage en République Démocratique du Congo à Kinshasa :
rencontre de Claudine André
, fondatrice du sanctuaire «Lola ya Bonobos»
(Le paradis des bonobos), où
elle recueille et sauve les bébés bonobos orphelins par un maternage attentif.
Auteure de « Une tendresse sauvage ». Éditions Calmann-Lévy.






- Interview aux USA du couple Brian Hare / Vanessa Woods,
primatologues de l’Université de Duke (Caroline du nord)
sur la comparaison entre les humains, les chimpanzés et les bonobos.
Ils présentent l’hypothèse de l’autodomestication: bien que
descendants du même ancêtre (il y a 6 millions d’années), les chimpanzés sont
restés cruels et les bonobos sont devenus gentils, parce que la nourriture était
abondante au sud du fleuve Congo et qu'ils n'étaient victimes
d'aucun prédateur, tel que les gorilles.
Vanessa Wood est l’auteure du livre « Bons baisers des bonobos ». Éditions Flammarion.






- Interview du Docteur Jacqueline Cornet, fondatrice de
l’association « Ni claque, ni fessée »
sur la nécessité d’une loi pour faire changer les
comportements des parents et des éducateurs.





- Interview du Docteur Edwige Antier, pédiatre, qui a proposé à
l’Assemblée Nationale une loi contre la
violence éducative. Dans son cabinet elle voit les
méfaits de la violence éducative.
Elle milite avec fougue pour que cela cesse.





- Interview du Docteur Catherine Gueguen qui démontre scientifiquement quelles peuvent être les conséquences psychiques, mais aussi physiologiques, de la violence éducative :
hémorragies du cerveau, pertes de neurones …
Auteure du livre « Pour une enfance heureuse – Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau».
Éditions Robert Laffont.




- Interview de Sophie Rabhi-Bouquet réalisée dans son école «La Ferme des enfants», dans les Cévennes. Une école sans note et sans punition.
Elle confirme les théories d’Alice Miller et d’Olivier Maurel sur
le bien fondé de la pédagogie de la bienveillance.
«La ferme des enfants» Éditions Actes Sud.







- Interview de Pierre Rabhi qui a replacé la question de la violence éducative dans le
contexte du mal être de notre civilisation, avec l’espoir que l’humanité sache trouver
les moyens de se sauvegarder.
«Pierre Rabhi semeur d’espoir» Éditions Domaine du possible.














- Interview de Marylène Patou-Mathis,
préhistorienne du Muséum d’histoire naturelle de Paris.
Lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation,
elle a reçu une bourse pour faire en 1988
un film sur les bushmen : «Le crépuscule des Bochimans».Auteure de «Une mort annoncée. A la rencontre des bushmen,
derniers chasseurs-cueilleurs du Kalahari». Éditions Perrin.









- Interview de Pascal Picq paléoanthropologue au Collège de France.
Lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation.
Il cherche surtout à trouver ce qu'est le propre de l'espèce humaine :
« Le propre de l'humain n'est-il pas justement de se poser cette question :
« Qu'est ce que l'humain ?
Auteur de «Au commencement était l'Homme: De Toumaï à Cro-Magnon».
Éditions Odile Jacob.






- Interview de David Dutarte, animateur de Familylab France, qui connaît bien
l'expérience suédoise de la lutte contre la violence éducative,
qui dure depuis trente ans.





- Interview du Docteur Michel Odent, qui est fortement impliqué dans
la lutte contre la surmédicalisation des femmes et des bébés,
avant, pendant et après l'accouchement.
C'est à lui que nous devons la technique des bébés kangourous,
qui prend en compte le besoin de contact et de caresses du bébé prématuré.
Auteur de «Le bébé est un mammifère» Éditons L'instant présent.






- Interview du Docteur Cornelia Gauthier de Genève.
Psychothérapeute de la violence éducative.
Auteur de «Victime ? Non, merci ! : Sortir du cercle infernal»
Éditions Jouvence.






- Interview de Isabelle Filliozat,
Psychothérapeute
Directrice de l École des Intelligences Relationnelle et Émotionnelle.
Auteur de «Il me cherche - comprendre ce qui se passe dans
sont cerveaux entre 6 et 11 ans»
Éditions JC Lattès





Interview de Arnaud Deroo.
Créateur et animateur de moyens interactifs contre la violence.
Auteur de «Porter un regard bien-traitant sur l'enfant et sur soi :
Sois sage, obéis !»
Éditions Chronique sociale.






Interview de Catherine Dumonteil-Kremer, rédactrice en chef de
PEPS, le magazine de la parentalité positive.
Auteure de «Élever son enfant autrement» Éditions La plage.






Avec 14 000 €

Dès que nous avons eu 14 000 euros, grâce à vous, nous avons pu aller en Namibie filmer les Bushmens de la Nyae-Nyae Concervacy dans le désert du Kalahari.
Nous avons rapporté des images saisissantes du peuple San,
vivant sans violence, comme au temps de la préhistoire.































Avec 20 000 €

Tournage en Suède de Marion Cuerq, réalisatrice du film :
«Si j'aurais su,
je serais née en Suède», de Sven Lindquist, auteur de Terra Nullius sur
les Aborigènes, de Mali Nilsson porte parole de l'association «Save the Children».

Tournages en France: à Strasbourg au Conseil de l’Europe.
Interview de Régina Jensdottir, chef de la division «Droits de l’enfant»
sur le travail fait pour aider les états européens à promulguer une loi.
Au Pradet, interview d' Olivier Maurel, président de l'OVEO (Observatoire de la Violence Educative Ordinaire) inspirateur de ce projet.
Auteur du livre «Oui ! La nature humaine et bonne».
sur l'origine de la violence dans les familles et à l’école. Édition Robert Laffont.

Avec 26 000 €
Nouveaux tournages aux USA
- à Atlanta, de Frans de Waal, auteur de «L’âge
de l’empathie»
Éditions Les liens qui libèrent.
- à New-York, de Jeremy Rifkin, auteur de «Une
nouvelle conscience pour un monde en crise : Vers une civilisation de l'empathie». Éditions Les liens qui libèrent

Avec 35 000 €
Nous allons au Népal à Katmandou à la rencontre de Matthieu Ricard
qui réside au monastère de Shéchèn.
«Plaidoyer pour l'altruisme, la force de la bienveillance». Éditions Nil.

Avec 50 000 €
Avec tous ces les éléments recueillis pendant les nouveaux tournages,
réalisation, en plus du film prévu, d'une mini série de 3 épisodes plus efficaces pour l'enseignement pédagogique et la programmation télévisée, pour le développement de l'empathie et de la parentalité positive.

Avec plus de 50.000€
L’argent servira à organiser des projections accompagnées de conférenciers
dans le plus grand nombre possible de communes de France.


Le mot de la fin



Si vous ne pouvez pas donner,
parlez autour de vous de notre projet et transmettez notre appel.

Actualités

Hélas ! je suis sortie de la projection avant la fin ! alors que j'espérais participer au débat , dans cette petite salle bien remplie de Centre Bretagne ; le long pensum infligé au spectateur avec le discours hypocrite d'un président disqualifié n'incite guère à l'empathie , permettez moi de vous le dire . Etat d'urgence ,; perquisitions violentes , frilosité vis à vis des réfugiés , exactions à Calais , et j'en passe ! Néanmoins , bravo d'avoir créé le débta utour de ce sujeyt essentiel : l'éducation et la non violence .

Bonjour, je suis éducatrice spécialisée D.E. depuis plus de 10 ans et spécialisée dans la psychogénéalogie et l'analyse transgénérationnelle (Bruno Clavier livre "les fantômes familiaux"). Je suis installée en tant que psychopraticienne près de Tours (37) en cabinet où je reçois des enfants en difficulté.
Je soutiens ce projet en connaissance de cause. En effet, les parents qui ont le courage de soutenir leur enfant et venir me voir, sont des parents courageux pour affronter Leurs Difficultés aussi.
Malheureusement, tous les parents ne sont pas assez aidés, entendus, écoutés et soutenus eux-mêmes afin de trouver le courage d'aider leur enfant. Régulièrement, je constate que cela provient d'héritages psychologiques, de traumas de l'enfance ou les deux.
Ainsi, je soutiens ce projet afin d'aider les parents à devenir plus heureux, leur permettre une ouverture d'esprit et de conscience qui sauvera leur enfant.
Tous les espoirs sont permis car je suis certaine que les humains sont foncièrement bons.
La place que nous occupons et que nous habitons, dans notre famille, est déterminante pour notre bien-être, je le constate tous les jours.
Bien à vous,
Léa De Raemy
www.psy-educ-37.fr
page fb Psy Educ 37

Coprods (294)

Voir tous

Voir tous