Les Choix de Maelys

Court métrage Toulouse, France
0 € levés sur 2 000 €
0 %
0 coprods
Campagne bouclée
le 7 septembre 2014
Partager ce projet :

Le pitch

Maelys est une ado qui n’a pas des rêves pleins la tête entre échec scolaire et conflits familiaux alors après un clash de trop elle fait le choix de la fugue le choix de la rue de la mendicité de la marginalité de l’autodestruction de disposer de son corps. Au final seuls comptent ses choix à elle: Les choix de Maelys.

Le porteur de projet

Magnoac Florent Toulouse, France voir mon profil

Présentation du projet

Le projet se caractérise comme un court-métrage de cinéma, tourné au format numérique dans un style naturaliste et appartenant au genre du drame social, où le protagoniste se démène dans l’âpre réalité en devant faire face aux conflits familiaux et aux conventions sociales.
Le film visera à s’inscrire plus particulièrement dans une perspective réaliste de suivi du parcours d’un personnage en particulier et de présentation concrète des rouages du monde et ses dysfonctionnements. Il serait plus approprié de le définir comme une immersion dans le mal-être d’une adolescente et des choix qu’elle fait en conséquence et une immersion au cœur de la jungle urbaine et du monde de la rue, celui de la marginalité.


THÉMATIQUEMENT

Il est de mon avis que le contenu du projet présente un caractère d'universalité dans l'idée du parcours d’un être en souffrance en plein passage de l’adolescence, et aussi dans la mise en exergue du poids des dysfonctionnalités familiales et des rouages des conventions sociales.
De ce point de vue le film s’inscrit dans la tradition du drame naturaliste, réaliste axé sur la confrontation et le rapport au socio-familial à la manière de deux des exemples les plus probants et représentatifs que sont les cinémas des frères Dardenne (« Rosetta », « L’enfant ») et de Ken Loach (« Sweet Sixteen »), basés eux aussi sur cette idée d’étude de cas humains, presque entre ethnologie et anthropologie, confrontant l’individu au monde, aux autres, à lui-même et ses limites physiques et psychologiques, et plus particulièrement ici à la rue et la précarité. Nous savons que les histoires réalistes du quotidien touchent le plus grand nombre, en ce sens qu’elles renvoient à quelque chose de vrai, de possible, de palpable, et parfois même de connu, de proche comme situation vécue, tout en présentant quand même une histoire à priori incroyable, extrême et même quasi romanesque, de lutte faite de noirceur mais où la vie se trouve un chemin hors des sentiers battus.


Il y a tout un éventail plus large d'autres thématiques abordées dans le projet et induites dans cette double lutte adolescente contre le monde et contre soi-même, notamment dues au fait que le personnage de la jeune fille passe par de nombreuses et différentes péripéties dans sa fugue et son intégration à la vie dans la rue.

Dans un premier temps, il apparait clairement que Maelys est en pleine crise d’adolescence en bute avec son milieu social et sa cellule familiale. Elle s’en extirpe en trainant avec des jeunes de la classe populaire et en s’échappant au maximum d’un cocon familial qui ne lui ressemble plus. Des le début de l’histoire elle s’inscrit dans un comportement conflictuel avec le monde qui l’entoure. A la maison elle est tiraillée entre la recherche de l’amour et de l’attention de sa mère, bien trop occupée entre son travail de dirigeante et les autres enfants, et la haine qu’elle voue à son beau-père, qui réciproquement ne la supporte que bien peu. A l’école le désintérêt le plus total va de pair avec sa grande capacité à être insupportée par les professeurs et les autres élèves, l’amenant à chercher le conflit. Déjà on l’appréhende comme une fille agressive, sexuellement active, sous l’emprise quotidienne de substances de manière récréative et en manque de compréhension extérieure. Mealys comme toute adolescente doit subir la vie avec une capacité de liberté limitée, et n’ayant pas la possibilité de choisir ce qu’elle veut vraiment elle réagit de manière extrême. On peut aisément dénoter alors que les comportements de l’adolescente sont induits par les conflits du quotidien.

Par la suite, et juste après le point de rupture que constituent la dispute et la fugue, la tendance s’inverse. Ce ne sont plus les conflits qui vont induire les comportements mais plutôt les comportements et choix extrêmes de Maelys qui vont venir créer ces conflits. Elle ne doit plus subir ce qu’on lui choisit mais bien choisir ce qu’elle va subir.Elle fait le choix de la vie dans la rue et de ce que cela implique, tel que où dormir et comment subvenir à ses envies/besoins. Car il est d’autant plus vrai qu’un tel mode de vie amène d’autant plus à tomber dans les pièges de l’adolescence comme les excès et comportements à risque, et ce toujours dans l’idée d’une certaine insouciance désinvolte. Là encore les conflits sont autant internes qu’externes avec cependant une prédominance des premiers, dans cette course à l’autodestruction, au non-respect de son corps, de sa sante.

Plus largement, dans cette seconde moitie, l’idée principale est l’immersion au sein d’une frange sociale, celle de la marginalité, pleine de contradictions : à la fois antisociale et pourtant basée sur la vie, l’errance et l’appartenance à un groupe ; à la fois anticonformiste et désireuse de pleine liberté mais pourtant régie par des règles et des conventions bien spécifiques et à la fois anticapitaliste et rejetant en bloc le système et pourtant si dépendante de la mendicité et des aides sociales pour obtenir les moyens de ses besoins. Maelys en manque de repères, de modèle masculin de référence et d’autorité sur ses comportements y trouvera invariablement ce qui lui faisait tant défaut sans se rendre compte de ce qui peut lui nuire toutefois.



Il s’agit donc en résumé du suivi du parcours d’une adolescentemal dans sa peau et mal dans sa vie, une histoire du quotidien mais qui prend une direction et des proportions bien spécifiques aux choix propres de Maelys. Le film tend aussi à une volonté d’immersion du spectateur dans la perspective de création d’une expérience du vécu de la vie dans la rue.
On mettra l’accent sur le fait que, tant thématiquement que visuellement, conjointement le sérieux et l'empathie du cinéaste à l'égard de ses personnages reste une des caractéristiques inhérente au genre.

VISUELLEMENT

En ce qui concerne plus spécifiquement le côté technique et l’aspect visuel à proprement parler du long-métrage, la décision a très tôt été prise d’effectuer le choix d’un tournage au format numérique, dans le pragmatique objectif de se rapprocher à la fois du côté naturaliste voulue pour la tonalité dramatique et, d’autre part, de l’optimisation des conditions de tournages dans la rue et dans cette idée de coller au plus prés au personnage.


Le film sera donc préférablement tourné en Ultra HD 4K ou AVCHD selon ce que permettra le budget.
La réalisation en elle-même s’articulera autour d’une double tendance inhérente au genre qui est celle, d’un coté d’une caméra toujours dans le mouvement qui colle au personnage et le suit dans son parcours et, de l’autre de plans fixes plus larges permettant de resituer la protagoniste dans l’action et le milieu dans lequel elle évolue.
L’idée principale est un découpage selon 2 axes majeurs : la vie de Maelys avant la fugue et celle des choix de Maelys après dans la rue.

De fait, des l’introduction en tant qu’établissement des protagonistes et du lieu de l’action la réalisation se voudra immersive, emboitant le pas de l’héroïne qui apparait alors comme point gravitationnel pour les autres personnages, pour le contexte et son évolution en adoptant son point de vue. C’est avec elle que l’on passe d’un lieu à un autre, on l’accompagne de chez son copain à chez elle, jusque dans sa chambre puis ensuite on l’accompagne à l’école. Et ceci dans la plus simple volonté d’immersion empathique, d’adhésion au personnage de Maelys .
Par la suite la tendance alternera entre des plans rapprochés et gros plans avec un certain nombre de recadrages toujours dans la perspective naturaliste de coller au plus prés au personnage, à ses mouvements et son évolution, et des plans larges, plus longs, contemplatifs permettant de resituer le personnage dans son contexte social de vie dans la rue. Juxtaposant ainsi deux idées qui mettent à jour les contradictions du personnage prisonnier de lui-même alors que pourtant dans un espace grand ouvert sur le monde et la vie. On aura majoritairement recours à la staedycam ou caméra à l’épaule et cette volonté d’intégration au cœur de l’action se traduira avec des plans serrés, gros plans, plans en amorce en collant toujours de prés aux protagonistes.
Dans les deux cas de figure l’éclairage sera uniforme et privilégiera la lumière naturelle en extérieur comme en intérieur, afin d’obtenir ce rendu réaliste, d’une image âpre. Le tournage en numérique va dans le sens de cette approche naturaliste et du souhait de fort rendu des couleurs, à la limite de la saturation du gris, beige, blanc et couleurs et tons de la rue.
Pour résumer, l’ancrage social dans la réalité du contexte actuel se fait dans cette optique de toucher le plus grand nombre de spectateur et d’explorer sous un angle différent le thème de la fugue adolescente.

L’idée est donc de réaliser une œuvre à la fois dramatique et intelligente, alliant émotion et action, un enchainement rythmé de péripéties avec un fond social dramatique dans cette optique de toucher un large public.

L'équipe du projet

fulFILMent Production / Florent MAGNOAC


Association de production audiovisuelle, de réalisation et montage de divers projet, fulFILMent Production a été créé début 2014 a Toulouse par l'auteur/réalisateur Florent Magnoac avec pour objectif principal de développer des projets de long-métrage et de rechercher des structures de productions pour les monter.



En 2013, fort d’un ensemble de sujets rassemblés lors de ses différentes expériences en voyage, il se met à la mise en chantier d’un projet de long métrage. S’inspirant d’un fait divers survenu en Amazonie, il rédige en 6 mois ce qui deviendra le scénario d’Une Incroyable Histoire De Survie, qui est aujourd’hui en pleine phase de développement et de recherche de financements.
En parallèle est mis en developpement le scenario du long-metrage Les Choix de Maelys drame social sur les comportements extreme de l'adolescence. La decision est prise de realiser un court-metrage pouvant servir de carte de visite aupres des producteurs et dans les festivals sur le meme theme et avec le meme titre.

l'équipe

  • Florent MAGNOAC Realisateur/Auteur

À quoi va servir l'argent ?

En terme de production, les fonds récoltés seront totalement injectés, en plus de la somme déjà disponible de par le réalisateur/producteur de fulFILMent Production, dans la bonne réalisation d'un court-métrage de qualité cinématographique visant à être présenté en festival.

Premièrement l'argent servira au niveau de l'aspect purement technique afin de permettre l'accès a un matériel de qualité, professionnelle a même d'atteindre un rendu esthétique cinématographique.

Deuxièmement, il faut prendre en compte la nécessité de fonds accessibles pour le tournage même en terme humain tant pour les acteurs que pour les techniciens. Il est majoritairement fait appel au bénévolat mais il y a un minimum de défraiements.

Enfin, il conviendra de garder une partie pour la phase de finalisation du projet (post production et promotion).

LES PALIERS:

Avec 2000 euros : Nous finançons la location de cameras pro (AVCHD ou 4K), de matériel son, lumières, câbles et autre.

Avec 4000 euros :
Nous finançons les transports entre les lieux de tournage, nourriture, extras ainsi que la location des lieux de tournages, costumes et autres.

Avec 6000 euros : Nous finançons la post-production, le montage audiovisuel du projet, ainsi que la conception de l'ensemble des éléments permettant de promouvoir et présenter le projet (affiches, kit de presse, dossier de production, dvd).


Le mot de la fin

Si il vous est impossible de participer financièrement, n'oubliez pas que le seul fait de faire connaitre le projet autour de vous est déjà un pas de plus dans l'avancée du film. Alors n'hésitez plus et parlez-en a tout le monde que vous pouvez, twittez, postez, faites du buzz, instagrammez et vous aurez droit a de gros bisous du producteur et surtout a notre reconnaissance sans limites.

MERCI !

Actualités

Affiche

Affiche Teaser #2

Affiche Teaser

EXCLUSIF!
Soyez dans les 3 premiers a investir au moins 30 euros et devenez CASTEUR VIRTUEL sur le PROJET (vous recevrez par mail les différentes candidatures des acteurs pour les différents roles et pourrez donner votre avis

Coprods (0)

Avant-coureurs