LE FOOT C'EST POUR LES GARCONS ET LA MOTO POUR LES HOMMES !

Documentaire par petit furet Lannion, France
Objectif non atteint

0 €
récoltés sur 2 000 €

0
coprods ont souscrit

Terminé

Partager c’est déjà contribuer !

Le Pitch

Lors des préparatifs pour l'Enduro du Touquet, à travers les témoignages de leur famille, nous découvrons pourquoi et comment, deux frères Matthieu et Nicolas, vivent leur passion : le motocross.

Les bonnes raisons de nous rejoindre

Présentation

Résumé du documentaire :

Matthieu et Nicolas, respectivement 29 et 27 ans, habitent à Lille dans le Nord-Pas-de-Calais. Leur passion du motocross s'exprime à travers le championnat wallon, qui leur réclame organisation et hygiène de vie stricte. C'est donc une activité exigeante qui pourtant leur apporte régulièrement des séjours aux urgences ou à S.O.S mains pour des fractures, traumatismes et autres brûlures.
En 2009, Matthieu participe à l'enduro du Touquet. Il termine la course exténué et déclare : « Plus jamais ! ». Il faut croire que la moto a envahi corps et âmes les deux frères, puisque cette année, en plus de leur championnat, ils se sont inscrits à deux dans cette course mythique.
Les parents des deux frères sont résignés et inquiets. C'est eux qui ont offert les premières motos, pour calmer une jeunesse hyper active. Alex, la copine de Matthieu, sait qu'une partie de lui est consacrée à ce sport. Les autres frères et soeurs, comptent les bosses, pansent les blessures, conseillent. Les amis ont des opinions qui varient, tout comme les collègues de travail ou leurs patrons qui peuvent y voir un risque d'arrêt en cas de chute. Et puis, il y a Claude, Philippe, Gaëtan ... les potes belges de la moto qui sont toujours là en cas de coup dur. Ensemble, ils partagent beaucoup plus que de la moto, une philosophie. Comme ils disent : « Le foot c'est pour les garçons et la moto pour les hommes ! »
Entourés de toutes ces personnes Matthieu et Nicolas, organisent leur vie professionnelle et personnelle, préparent les mécaniques, les muscles et le mental.

Note d' Intention du documentaire :

Ce documentaire n’est pas l’histoire d'individus qui participent à une course folle : l'enduro du Touquet, mais l’histoire d’individus qui se donnent corps et âmes pour vivre leur passion égoïste.
Être au départ de cette course est en soit un défi. Il faut gérer la logistique, trouver des informations pour la préparation des motos et des hommes, avoir les ressources financières vitales ... tout cela en gérant le quotidien et l'entourage qui apprend à laisser vivre, à gérer le stress ... Qui finalement accepte d'être « délaissé » au profit d'une moto.
L’objet de ce documentaire est donc le quotidien de deux frères motards vu par leur entourage.
Pour ce faire Les films du petit furet ont un atout majeur : la proximité de l'équipe de réalisation, qui permet de suivre cette aventure au plus près et d’avoir une réponse rapide à tous les événements inattendus.
Le parti pris de départ est d’être le plus présent possible afin de s’intégrer au mieux. Il a donc été fait le choix d’une équipe légère. D’une part pour limiter les coûts de production, mais surtout pour avoir un temps de réaction très court et être opérationnel dès que le besoin s’en fait ressentir.

Principaux personnages :

Matthieu : Matthieu, 29 ans. Très énergique, toujours remuant, il a terminé deuxième du championnat en 2012, malgré une clavicule cassée et une greffe de peau en milieu de saison. Il souhaite renouveler son expérience de l'enduro du Touquet. En 2009, à la fin de la course jusqu'à l'épuisement, il se promettait : « plus jamais ! »





Nicolas :
Nicolas, 27 ans, est de nature calme. Ses répliques fendent le silence, claires, nettes, et précises. Il ne court pas dans la même catégorie que son frère. Sa saison 2012 a été marquée par une chute entraînant des fractures multiples des doigts de sa main gauche. Il aimerait vivre de l'intérieur la course du Touquet : « c'est la course de mes rêves. »






Traitement du documentaire :


Le film est découpé en séquences thématiques, dans lesquelles on retrouve des interviews à des instants et/ou des lieux différents. Ces "chapitres" sont chronologiques et traitent de l'entraînement jusqu'à la course du Touquet, en passant par la vie quotidienne. Chaque partie est une histoire à elle seule. Cela permet de capter et garder l'attention sur de nombreuses situations traversées. Cela me force à garder le primordial sur une grande quantité de rushes.
Le tournage a lieu sur la période du championnat. Je suis à l'affût des instants festifs, des bricolages, des heures d'entraînement, de la vie sociale ... des instants qu'on imagine pas. Car il ne s'agit pas d'un film avec juste un dénouement sportif, mais bien du portrait de passionnés.
Par le montage en parallèle des moments de vie, de nouvelles notions sont mises à jour. Les instants fait de petits riens (qui exposés seuls n'auraient pas de valeur) dévoilent de façon énergique le fond de cette période de vie.

L'utilisation d'images accélérées, passent la notion d'ellipse, de temps qui s'écoule rapidement, ou de déplacement géographique.

Pour Le foot c'est pour les garçons et la moto pour les hommes !, deux frères sont entourés de leur famille, amis, collègues, alors qu'ils vivent à plein leur passion. Lors des interviews, on passe d'une personne à l'autre, et ils parlent avec des phrases courtes auto suffisantes. Le but de cette mise en scène est la volonté de relater l'histoire d'une aventure, avec la parole de chacun. C'est aussi la personnalité et l'ambition des personnes qui sont mises en avant. On découvre leur profil motard (ou non), leurs visions des choses, leurs impressions souvent proche de l'intuition, la description des garçons ...
Les garçons, sont le fil conducteur du film, ils sont interviewés, dans leur vie de tous les jours, sur le vif. Cela permet aux spectateurs d'identifier le personnage et d'accepter de suivre l'histoire.

Le porteur de projet


Equipe

- Production : Les Films du Petit Furet

Implantée dans les Côtes d’Armor (22) en Bretagne depuis le 1er Mars 2008, Les Films du Petit Furet est une société de production, de réalisation et de formation continue dans le domaine de l’audiovisuel.
Elle accompagne des réalisateurs dans la production de leur projet de film.

Elle forme toute sorte de public aux techniques audiovisuelles.

Elle réalise films, vidéos, clips, interviews, films d’entreprises et propose une multitude de services.
À sa création, Les Films du Petit Furet a remporté le 1er prix du concours Créa Cric. Concours régional récompensant des projets d’entreprises culturelles en création et a été lauréate du prix envie d’agir, délivré par la Direction Régionale de la Jeunesse et du Sport, pour la création d’entreprise.

www.petitfuret-prodcution.com

Réalisateur :




A la fin des années 90, Alan l'Estimé évolue dans différentes télévisions locales. Il est tour à tour cadreur, monteur, réalisateur, responsable de TV associatives. En parallèle pour le cinéma, il est régisseur et décorateur.
Au milieu des années 2000, il monte, entouré d'amis, une association qui co-produit avec des ASBL belges des courts métrages de fiction. Les limites des productions undergrounds l'amène à fonder Les Films du Petit Furet en 2008.
Réalisateur et producteur de documentaires, Alan souhaite toujours faire évoluer sa passion, il réalise également des œuvres alternatives pour des ciné-concerts et des artistes. Durant toutes ces années, il a multiplié les pratiques d'animateur, de journaliste, d'intervenant ...


A quoi va servir l'argent ?


À quoi va servir l’argent ?

Le tournage étant en boite depuis début 2013, la phase de post-production a débuté. Ainsi, les fonds collectés serviront à réaliser une bande son originale et à enregistrer, dans des conditions optimales, la voix off.

Nous sommes d'ores et déjà en contact avec un ingénieur du son, un studio son et quelques musiciens qui ont de nombreuses idées pour finir le film.

Si nous réunissons les 2 000 € :

Le film sera doté de sons harmonieux, d'une voix off posée et impétueuse et d'une bande son originale créée par un compositeur tout aussi original !

Si nous réunissons 3 000 € :
Alors là, place à une multidiffusion ! Nous pouvons démarcher des diffuseurs, des salles de cinémas (création d'un DCP, VISA d'exploitation ...), des sites internet spécialisés, médiathèques ... Ainsi, les sons mixés, la voix impétueuse et la bande son pourront être entendus à travers une multitudes de canaux.

Si nous réunissons plus :
Alors là ! Bravo à vous !!
Par contre, bon courage aux traducteurs... Car nous envisagerons une traduction du film pour une exportation à l'international !
Vroummmmmmm !!!!







Comment nous aider ?

Et si on ne peut pas donner ?

Nous comprenons parfaitement que tout le monde ne puisse pas donner une somme d'argent pour un projet. Mais, sachez que tout autre soutien est bon pour nous. Alors, si vous avez un peu de temps et que le projet vous intéresse, partagez-le avec toutes vos connaissances.

N'hésitez surtout pas à nous contacter si vous avez la moindre petite question. Nous serons heureux d'éclairer vos lanternes !

D'avance un grand merci à vous tous pour vos soutiens. Grâce à vous, cette épopée humaine et mécanique pourra se concrétiser.


petit furet

Implantée dans les Côtes d’Armor (22) en Bretagne depuis le 1er Mars 2008, Les Films du Petit Furet est une société de production, de réalisation et de formation continue dans le domaine de l’audiovisuel. Elle accompagne des réalisateurs dans la production de leur projet de film. Elle forme toute sorte de public aux techniques audiovisuelles. Elle réalise films, vidéos, clips, interviews, films d’entreprises et propose une multitude de services. À sa création, Les Films du Petit Furet a remporté le 1er prix du concours Créa Cric. Concours régional récompensant des projets d’entreprises culturelles en création et a été lauréate du prix envie d’agir, délivré par la Direction Régionale de la Jeunesse et du Sport, pour la création d’entreprise. www.petitfuret-production.com

L'équipe

Auteur Réalisateur et Producteur :
  • Alan L'Estimé

Productrice :
  • Sophie Piat

Cadreur et monteur :
  • Alain Chardaire

Ingénieur du son :
  • Thomas Scholastique

Compositeur :
  • Stéphane Amicel

Encourager le porteur de projet en postant un commentaire

connectez-vous pour poster un message

Voir toutes les actualités

Avant-coureurs