La lucarne des rêves

Documentaire Nantes, France
6 205 € levés sur 6 000 €
103 %
120 coprods
Campagne bouclée
le 25 mai 2015
Partager ce projet :

Le pitch

La lucarne des rêves est une histoire de transmission humaine et ludique, entre les générations de l’analogique et du numérique. C’est un voyage initiatique ouvert à tous, là où les bruits du quotidien peuvent devenir musique envoûtante, avec Bernard Parmegiani et Lionel Marchetti ... Durée du film : 70min.

Le porteur de projet

Strange Mirror Nantes, France voir mon profil

Présentation du projet


Ce long-métrage commence avec la découverte de la musique concrète par la réalisatrice - artiste sonore née à l’heure du numérique. Chaque composition musicale est un voyage magique entre l’intérieur de soi et le monde extérieur. Pourtant, elle sent son corps prisonnier, aliéné, face aux paramètres automatiques de son logiciel de création sonore. Alors, elle part à la recherche des générations antérieures de compositeurs, en quête du geste musical.

Elle est initiée par deux compositeurs de générations différentes, dotés d'une relation singulière avec leurs machines analogiques ; Lionel Marchetti (né en 1967) et Bernard Parmegiani (1927-2013).



Lionel Marchetti au premier plan - A l'événement Retro-Actif 2011 / la Gaité Lyrique.


Bernard Parmegiani, avec Beatriz Ferreyra - A l'événement Retro-Actif 2011

Filmé au cours des trois dernières années de sa vie, Bernard Parmegiani cherche avec la jeune compositrice à retrouver les sensations de la composition, à l’écoute de ses œuvres passés, avec ses proches du temps du Groupe de Recherches Musicales (Paris). En quête de racines, la réalisatrice fait le lien avec une autre génération, celle de Lionel Marchetti. Elle lui propose de revenir sur les traces d’une œuvre passée, de ressortir les anciennes bandes, de revenir sur les lieux du tournage sonore, à la recherche d’une nouvelle expérience auditive. De l'inédit surgit.

Ces générations au travail posent une transmission entre les générations de l’analogique et du numérique. La réalisatrice, jeune compositrice, se nourrit de ces moments de vie passés avec ces compositeurs.
Elle cherche à sentir comment le geste du compositeur se ressent sur les créations faites avec des bandes analogiques. Et découvre une nouvelle temporalité, et l’importance du geste humain derrière la machine, ses pulsations inscrites dans les bandes analogiques. Avec elle, le spectateur est initié par les compositeurs à cet art, en découvrant le processus de création de la musique concrète.
Tout au long du film, Les sons entendus (dans les séquences précédentes) fabriqués avec des machines analogiques habitent la jeune compositrice.
Peu à peu, elle compose une musique avec ces sons, avec la mémoire de ces moments de vie avec les compositeurs. Cette pièce est faite avec des instruments numériques et une matière provenant de source analogique. C’est le moment de la réconciliation. La fracture entre les générations de l’analogique et du numérique n’existe plus dans ces conditions. La mémoire nourrit l’imaginaire.


L'approche

La Lucarne des rêves est travaillée comme la musique concrète, en récoltant avec une intention forte une matière cinématographique sensorielle, des moments de vies vécus, composés avec l’envie de créer des images sonores, d’établir des passerelles entre le réel et l’imaginaire, avec un souci de musicalité. L’approche est à la fois intimiste et ouverte à tous. Cette approche a été rendue possible par la propre expérience de la réalisatrice, les conditions de sa découverte de la musique concrète et la relation de proximité avec les compositeurs. Cette expérience lui permet de toucher à la sensation d’être dans un état de conscience modifié avec la création d’une musique faite avec des bruits du monde. Elle nous fait rentrer dans des lieux où le public n’entre pas habituellement, là où l’on fabrique la musique, dans les studios, au plus près du jeu des corps avec les machines. Cette proximité ressentie par le spectateur de la Lucarne des rêves est le fruit de 4 années de travail.


  • Et maintenant ?


Un des personnages principaux, Bernard Parmegiani, est décédé peu après la fin du tournage. Il nous a offert beaucoup de moments magiques et maintenant nous devons nous assurer de faire un film à la hauteur de ce qu'il lui avait été présenté.

Très bonne nouvelle : Le film a été sélectionné pour une résidence de montage au centre de création cinématographique Périphérie, dans le cadre du dispositif Cinéastes en Résidence.
Seulement voilà... Il manque encore des fonds pour financer cette étape.

Nous y sommes presque. Grâce à votre soutien, ce film peut voir le jour dans les salles obscures.

C'est très important pour nous que vous puissiez vivre ce film de l'intérieur. Alors, en attendant la sortie du film, nous avons concocté spécialement pour vous un blog avec les coulisses du film ( chroniques de tournages, brèves de montages et des surprises ! ). Régulièrement, la réalisatrice écrit et poste de nouveaux articles, pour que vous soyez avec nous, au plus proche des aventures de la fabrication de La lucarne des rêves.
Retrouvez les coulisses du film à cette adresse : www.lalucarnedesreves.com



5 bonnes raisons de soutenir La lucarne des rêves

- Assez de subir le bruit, autant s’enchanter avec !

- Depuis quatre ans, nous travaillons ce film pour que vous ressentiez la richesse d'une nouvelle oreille sur les bruits du monde.

- Bientôt personne ne saura plus à quoi ressemble une bande analogique !

- Nous sommes en train de faire un beau blog spécialement pour les donateurs, avec toutes les coulisses du film et des surprises ! Et rentrer dans les coulisses d’un film, c’est toujours sympathique.

- Que la musique concrète vous enchante ou pas aujourd'hui, ça va vous faire du bien de passer un moment proche de personnages tels Bernard Parmegiani, Lionel Marchetti et des autres compositeurs rencontrés sur le chemin !

L'équipe du projet

l'équipe

  • Cendrine Robelin auteur-réalisatrice Strange Mirror production Claude Mercier chef-monteuse

À quoi va servir l'argent ?

OK
A partir de 6 000 €
+

Une première mouture du film est faite, c’est-à-dire un premier
montage qui demande encore un peu de recul pour être finalisé. C'est le minimum mais c'est déjà cela !

A partir de 8 000 €
+

La première mouture est opérationnelle et nous nous occupons des prises de son additionnelles. Nous pouvons passer au montage son.

A partir de 10 000 €
+

Le montage image et son est abouti et nous sommes heureux de passer à l’étape de la
post-production ! ( mixage-étalonnage-FX ).

A partir de 18 000 €
+

La post-production est terminé et on fait une fête conviviale pour la sortie imminente du film !

Le mot de la fin

Si vous ne pouvez participer au financement de la Lucarne des rêves pour le moment mais que vous avez envie de soutenir le film, parlez-en autour de vous, partagez cette page avec vos amis, sur les réseaux sociaux, c'est déjà une aide fondamentale !

Actualités

Great news, the movie has had his world premiere to the FID Marseille !

That's time ! La lucarne des rêves ( the window of dreams) is finished. We are doing the english translation now. We hope we could see you in festivals of for special projections all over the world. After the premiere, the movie will be put on line with a private link for you, backers.

Coprods (120)

Voir tous

Voir tous